Grossesse

Le pessaire: en prévention du risque d’accouchement prématuré

Il y a différents risques de menace d’accouchement prématuré. En fonction de l’élément à risque, différentes propositions peuvent être faites aux futurs parents, pour limiter au maximum le risque. Parmi celles-ci, il y a le pessaire.

Alors déjà le pessaire, c’est quoi ? Un anneau en silicone qui se pose autour du col de l’utérus. Ainsi il vient soutenir le col de l’utérus qui repose dessus, un peu style hamac. La pose du pessaire est très simple, rapide, et sans risque contrairement à un cerclage.

Pour cette grossesse, comme pour mon aîné, j’ai été en menace d’accouchement prématuré estimée sévère. Avec diminution du col asymptomatique, car j’ai eu un épisode de contractions puis plus rien. Mais col trop court pour prendre le risque de laisser tel quel. Donc repos, repos, repos. Et pessaire posé à 27 semaines d’aménorrhées. Qu’est-ce que j’aurai aimé que ça existe il y a 11 ans pour mon fils aîné ! Car ce pessaire semble vraiment jouer un rôle efficace. J’ai senti la différence avec et sans, quand on l’a retiré plus tard, au niveau répartition du poids.

La pause est assez désagréable, un peu douloureuse, mais ne dure pas. Ensuite en 5 minutes, on l’oublie, un peu comme une coupe menstruelle. J’ai porté le pessaire 11 semaines. D’un établissement à l’autre, cela peut varier… Là où on me l’a posé, on m’a dit on n’enlève pas avant 37sa car le fait de le retirer peut déclencher l’accouchement et on préfère que les bébés naissent après 37sa. Sur le net, j’ai beaucoup lu qu’il était proposé de l’enlever à partir de 36sa. Et là où j’ai accouché, la gynécologue qui me l’a enlevé m’a dit: oui on dit à partir de 36 ou 37 sa car il n’y a plus vraiment de risques pour le bébé, mais les bébés qui naissent après 38sa sont quand même en meilleure forme, je préfère vous l’enlever à partir de 38sa si vous n’êtes pas gênée par le pessaire.

C’est donc ce qu’il s’est passé, pessaire retiré à 38sa + 1j. Chez moi cela n’a pas déclenché le travail. Normalement c’est très facile à enlever. Dans mon cas il a fallu un peu batailler, un côté était très très bien ventousé vers le col. Du coup quelques douleurs ensuite, mais rien qui a provoqué trop de contractions et l’accouchement.

Je me suis sentie vraiment rassurée d’avoir ce pessaire. Puisque je n’avais plus de contractions je n’avais pas de raison d’avoir un traitement contre les contractions (donc mon traitement MAP était alitée jusqu’à 32sa, avec magnésium et spasfon si nécessaire, ensuite je pouvais me relever un peu. En théorie avec le pessaire on n’a pas besoin d’être alitée, mais mes antécédents font qu’on a augmenté le principe de précaution). Puisque l’expérience de mon premier nous a montré que je suis très réactive aux corticoïdes, et que les injections faites en préventif durant la grossesse pour aider à la maturation des poumons du bébé et à limiter le risque hémmoragique pour bébé en cas de naissance prématuré me provoque énormément de contractions, que les produits les plus forts ne savent pas arrêter… C’était pas la meilleure option pour moi. Le pessaire était un excellent entre deux.
Alors non ça ne correspondra pas à tout le monde, car tout dépend à quoi est liée le risque d’accouchement prématuré. Il n’empêche que c’est quelque chose qui n’est pas encore proposé partout, et j’espère que ça va se généraliser. Selon les études que j’ai pu lire, le pessaire peut réduire le risque de naissance prématuré jusqu’à 50% !! C’est énorme.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *