Allaitement

La nuit de la montée de lait

La montée de lait est quelque chose qui peut être très variable d’une personne à l’autre. Des fois cela passe pratiquement inaperçu. Des fois c’est très douloureux, au point que cela pourrait vouloir faire arrêter l’allaitement. Et pourtant le seul moyen de soulager, c’est que justement le bébé tète ce qui va désengorger les seins.

Il y a quelques jours, c’était la nuit de la montée de lait pour moi. Cette montée de lait sur un peu plus de 24h, je la connais. 4e bébé, il n’y avait aucune raison que cela se passe différemment. J’ai à chaque fois des montées de lait très impressionnantes. Je perfectionne à chaque fois les techniques pour soulager un peu, désengorger. Car c’est au point où bébé, qui prenait parfaitement bien avant, n’arrive plus à téter tellement le sein est plein et dur.

Donc première fin de nuit, je sens que ça s’engorge un peu mais ça se gère, et dans la journée qui suit ça se gère assez bien aussi, même si je sens que la position prise en bouche de bébé n’est plus optimale et que des crevasses s’annoncent (crème Lanoline, mon amie…!). Mais ça stagne. Je me dis que pour la première fois peut être bien que cette montée de lait ne sera pas trop impressionnante.

Non c’était rêver, ce n’était que le début. Arrive le soir, la nuit, et la fameuse nuit de la montée de lait. La partie impressionnante. Celle où heureusement Papa est là pour bercer bébé le temps d’exprimer manuellement un peu de lait, sinon bébé n’arrivera jamais à téter. Celle où la douleur ne laisse pas de doute: une crevasse s’est bien installée en bonus, il va falloir traiter.

Alors à toutes celles qui ont envie de baisser les bras, à toutes celles qui ne sont pas prévenues, et à toutes celles qui savent, mais quand on traverse ce moment là c’est dur quand même: Patience. C’est l’affaire de 24 à 48h. Ça peut paraître une éternité. Mais ensuite promis, ça s’améliore vraiment, et ça en vaut la peine.

Dans les astuces pour soulager l’engorgement: tirer un tout petit peu le lait avant la tétée. Certains diront surtout pas car ça stimule. Il y a tirer et tirer… Si vous tirez 50 ou 100ml avant de mettre bébé au sein bien sûr ça stimule. Mais si c’est juste un peu pour permettre d’avoir les seins plus souples et que bébé prenne plus facilement, même si c’est tiré au tire-lait et pas juste sous la douche comme la plupart des personnes le conseille, ça ne sera pas dramatique. Au contraire des fois c’est une vraie aide.

Entre les tétées, soulager un peu au verre: verre rempli à ras bord d’eau chaude (mais pas bouillante, il ne s’agit pas d’avoir mal!) et placer le sein au dessus. Naturellement cela fait sortir un peu de lait, sans stimuler la lactation.

Et si mamelons sensibles ou crevasses: crème à la lanoline en quantité généreuse, coquillage d’allaitement (pas en même temps que la crème) ou cataplasme de lait maternel (une compresse avec du lait de fait de tétée, du film alimentaire par dessus pour garder en milieu humide) sont aussi de bons remèdes. Là je teste le miel médical et acide hyaluronique en échantillon, un produit qui a été stérilisé, donc ça réduit les capacités de cicatrisation du miel mais sans tout altérer, et qui est compatible allaitement sans rincer avant la tétée. Ça semble assez efficace aussi, mais un peu douloureux (à cause de l’acide hyaluronique peut être). Mais je crois que pour les crevasses, je vais écrire un sujet complet car il y a de quoi dire !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *