A la recherche de la nounou idéale

Je suis difficile. Je le sais. En étant professionnelle de la petite enfance, et formatrice pour les professionnels de la petite enfance, je suis amenée à travailler régulièrement avec les assistantes maternelles.

Mon kiné m’a fait rire ce matin, en me demandant si j’avançais dans ma recherche d’une nounou pour miniPiou. Quand je lui ai dis que j’étais difficile (mais j’assume!) et ai du mal à trouver quelqu’un, il m’a répondu qu’il ne fallait pas non plus que j’en demande trop, qu’elles n’ont pas fait l’ENA. Sur ce point je suis d’accord elles n’ont pas fait l’ENA. Et heureusement. Je ne suis pas sûre en effet que ça serait la formation la plus adaptée pour s’occuper d’enfants !

Mais elles ont une formation obligatoire. Il n’est plus question de juste garder les enfants et chacun se débrouille comme il peut. Il s’agit d’accueil. Elles sont professionnelles de la petite enfance. Elles accueillent les enfants à leur domicile pour un côté plus individualisé qu’en collectivité. Il n’en est pas moins que c’est leur travail, que certaines font avec passion et bienveillance. Et certaines autres font ça parce qu’elles ne savaient pas quoi faire d’autre.

J’ai des attentes concernant l’accueil proposé à mon enfant. Et je ne trouve pas si évident de faire confiance à une assistante maternelle, qu’on appelle plus fréquemment nounou.

Pourtant grandPiou a été chez une assistante maternelle, pendant 2 ans, avant d’aller à l’école. Elle n’était pas parfaite non plus. Mais je la connaissais. Je connaissais son approche bienveillante envers l’enfant. Son choix de ne garder qu’un enfant malgré l’agrément pour deux, puis deux enfants ensuite mais pas plus, pour accorder à chaque enfant l’attention dont il a besoin. Certes sur la fin grandPiou s’y ennuyait un peu mais les activités telles que la peinture etc. je pouvais lui proposer à la maison. D’avoir déjà pu observer cette assistante maternelle s’occuper d’enfants m’a permis de lui faire confiance, lui laisser mon enfant les yeux fermés.

Alors au parc, à la sortie d’école, j’observe. J’essaye de savoir les noms. Souvent elles s’interpellent entre elles, à partir du prénom je commence à avoir une idée. Pour certaines c’est clair, c’est niet mon fils n’ira pas chez elles. Pour d’autres je les trouve bien, mais elles n’ont pas de place, ou ne sont pas intéressées par un temps partiel.

Vous me direz je devrai peut être me tourner vers une crèche ? Peut être. Mais là encore j’y suis confrontée souvent professionnellement et au final il n’y a pas tant de crèches que ça où j’aimerai que miniPiou aille. Et elles sont complètes elles aussi, en tout cas les jours où j’ai besoin.

Je ne désespère pas, je trouverai. J’espère juste trouver avant l’année prochaine !

1 Commentaire

Ajoutez les vôtres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *