Une grossesse alitée – retour 7 ans en arrière

En début de semaine dernière, j’ai eu un petit moment de stress. Des contractions, très probablement suite à la route faite pendant le weekend. Voilà qui m’a rappelé des souvenirs.

P1020375

Lors de la grossesse de grand Piou, j’ai ressenti des contractions assez tôt, sans savoir vraiment ce que c’était. Pourtant dès 4 mois de grossesse les choses se sont compliquées, je savais donc que j’avais des contractions non douloureuses mais agissant sur le col. Ce n’était pas encore au stade inquiétant, j’avais pour consigne de me reposer en rentrant à la maison le soir après le travail à la crèche, de ne plus faire de voiture ni les courses ni le ménage. Je m’y suis bien disciplinée. Mais je voulais absolument valider mon stage à la crèche et n’ai pas voulu être arrêtée tout de suite, il me restait que peu de temps de stage après tout ça irait. Sauf que lors du contrôle du 7e mois ça n’a pas été: col raccourci a la limite de ce qui est « autorisé » par l’hôpital où je faisais mes consultations. Donc cela a enclenché leur protocole habituel dans ces cas là: 48h d’hospitalisation, injection de corticoïdes pour la maturation des poumons et je ne sais plus quel produit anti-tenseur en perfusion pour éviter les contractions parce que l’injection ça provoque des contractions. Ah ça oui, pour en provoquer, ça en provoque. Déjà que j’en avais à la base. ça ne s’est pas amélioré. Loin de là. De 48h d’hospitalisation c’est passé à 10 jours avec traitement lourd et malheureusement plutôt inefficace sur moi, les contractions n’ont pas cessé. P1160319J’ai encore les graphiques des monitorings, enfin ceux qui ont suivi dans les contrôles à la maison, ou c’était toujours pareil. Et surtout en tête les paroles d’un gynéco de garde qui rentre dans la chambre, ne dit pas bonjour et s’exclame en direction de la sage-femme: « on est déjà au produit le plus fort, si ça ne se tasse pas expliquez lui la suite par rapport à une naissance prématurée. » Vachement rassurant…  Au bout de 10 jours ça ne s’était pas calmé. Mais je n’avais toujours pas accouché, youpi ! Et comme mes veines étaient dans un sale état et qu’ils ne savaient plus ou piquer pour mettre la perfusion, je suis passée à un traitement par voie orale. Alors j’ai demandé à sortir de l’hôpital et être alitée chez mes parents. Contraignant au niveau organisation mais le plus simple quand même pour nous. Une fin de grossesse alitée c’est fatigant. D’abord parce que c’est stressant. Traitement à prendre, manger seule dans la chambre en position semi-allongée, essayer de ne pas compter les contractions… se demander jusqu’où on ira ? Et puis un beau jour arrive les 37SA. Au final je n’ai passé qu’un peu plus d’un mois alitée et ça m’a déjà paru bien long. Mais tellement utile. Parce que deux jours après m’être levée, coïncidence ou pas, grand Piou est né.

Aujourd’hui il me reste cette angoisse. Même si très amoindrie. Pour petit Piou j’ai eu aussi des contractions, ça a agit sur le col, mais étant suivie en libéral on ne m’a pas hospitalisée pour une protocole car le col avait atteint une certaine taille. Au passage il était plus raccourci que pour grandPiou à l’époque, et contractions a peu près pareil. Mais recommandation de repos, sans plus, en me disant que si je sentais que ça se compliquait on verrait a ce moment là. Peut-être que la sage-femme et le gynécologue qui me suivaient, connaissant mes antécédents, étaient confiants par rapport à mon vécu déjà. Ou je ne sais pas. Toujours est-il qu’ils ne m’ont pas du tout parlé d’hospitalisation et re protocole dont je ne voulais assurément pas (quitte a être alitée je préfère sans traitement qu’avec si c’est possible, surtout que je n’avais pas super bien réagi la première fois). C’est un peu stressant toujours c’est vrai. Pourtant j’ai pu continuer à aller chercher grand Piou à l’école, en m’allongeant lorsqu’il était à l’école ou faisait la sieste. Et malgré un col très raccourci j’ai été jusqu’à 39SA.

Pour ce miniPiou donc j’ai eu un peu peur de contractions. Particulièrement en début de grossesse.  Parfois en rentrant du travail j’avais vraiment le ventre qui tirait, et évidemment je ne pouvais pas m’empêcher de repenser à cela. Tout en me disant que pour petitPiou ça avait bien été, il n’y avait pas de raison que ça n’aille pas là. Mes collègues à la crèche étaient par ailleurs très attentives à ce que je porte le moins possible. A un peu plus de 3 mois de grossesse, j’ai rencontré une sage-femme fabuleuse. Une sage-femme avec qui j’ai pu échanger longuement, mr Piou également. Dire nos angoisses, parler du simple fait qu’il pouvait être normal d’avoir des contractions sans stresser. Elle a pris le temps de nous montrer des exercices à faire, de la relaxation, nous écouter, nous rassurer. Depuis cette angoisse par rapport aux contractions est pratiquement envolée. J’en ai, je ne les compte pas. Elles sont là, j’ai un utérus tonique je le sais. Et un bébé bien accroché. Je ne fais pas de folies et ne m’inquiète pas pour un rien enfin j’essaye. Le suivi de grossesse n’a pas pu se faire avec cette sage-femme là, elle était un peu trop loin de chez nous et c’était compliqué. Parfois je le regrette quand je vois à quel point 1h30 d’échange avec elle m’a permis de passer les 3 mois suivants si sereinement. J’ai pourtant eu la chance de la rencontrer et d’avancer, rien que cela c’est super. Et je suis suivie par une autre sage-femme qui est très bien aussi, peut-être juste un tout petit peu plus stressée par les contractions depuis que je lui ai dis que je ne les comptais pas, mais pour autant qui me fait confiance.

Alors oui lundi j’ai eu des contractions, je suis restée dans mon lit à me questionner (mais pourquoiiiiiii j’ai fais tant de voiture ce weekend alors que je sais bien que ça me provoque des contractions) puis à me souvenir des échanges avec la première sage-femme, a relativiser. Et dans la journée tout s’est tassé.

J’en suis a 31SA+4. Il est peut-être temps que je me bouge un peu pour préparer les affaires pour miniPiou, laver les petits habits qui sont dans les cartons… Tout en sachant qu’il n’arrivera pas tout de suite. Je suis de nouveau sereine. Sera-t-il là a 37SA+2 comme grandPiou ? A 39SA+2 comme petitPiou ? Ou a 41SA+2 si je gagne 15 jours à chaque grossesse? par contre là faudra que je m’arrête a 3 parce que 43SA+2 pour un quatrième ça ne serait pas possible ! On verra bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *